Retour à la newsletter

Newsletter d’humeur – N°5 – février 2018
Editeur responsable : Dr Lawrence Cuvelier

BUSINESS LUNCH

Bonne gouvernance en santé et affirmations intempestives

Un peu partout dans le monde, on discute de réformes des soins de santé. Les catalyseurs ? La pression des coûts et l'irruption de technologies rendant obsolètes certaines procédures (consultations virtuelles pour second avis, lectures de radios offshore...). Pour appréhender ces changements, autorités et stakeholers - comme on dit - se prévalent souvent d'opinions " se fondant sur les preuves ". Mais la signification de toutes ces démonstrations est rarement claire.

En réalité, les études apportant les fameuses preuves ne sont que rarement dessinées dans un but spécifique. Une " EBHP ", une Evidence-based Health Policy, doit tenir compte de trois caractéristiques.

La première est que le but doit être bien stipulé. Dire que l'on va augmenter la couverture sociale, par exemple, n'est pas une politique. Dire que l'on va mettre en œuvre une couverture sociale pour faire progresser la santé des citoyens plus pauvres est déjà mieux. Les déclarations trop vagues telles " améliorer l'état de santé de la population " sont sans portée significative.

La deuxième caractéristique est de ne pas confondre les moyens et les buts. Souvent, tout est mélangé. Comme quand on dit, par exemple, que l'on va accroitre les moyens pour la coordination des soins et que l'on va réduire les coûts. Affirmer par la suite que ça ne fonctionne pas car ça ne réduit pas les coûts est une erreur méthodologique. Dans notre système de santé, proclamer que la formation continue des médecins n'est pas efficace car on prescrit toujours trop d'antibiotiques, procède du même type d'erreur. L'introduction de l'e-santé, avec ses buts multiples, risque d'être difficilement évaluable car, souvent, on ne définit pas clairement les buts mais on est fasciné par les moyens multiples qu'offrent les solutions informatiques.

La troisième caractéristique est que les études doivent être rigoureuses et bien interprétées. Ainsi faut-il bien distinguer l'absence de preuve d'un effet et la preuve qu'il n'y a pas d'effet.

Le GBO est trop souvent confronté à des approximations et des affirmations intempestives. Il est demandeur de débats plus sereins et plus rigoureux, avec des études impartiales.

Ces réflexions, ainsi que celles qui sont énoncées dans le texte " Les vertus cardinales d'un leader en santé " sont largement inspirées d'articles parus sous l'égide du New England Journal of Medicine

< Article précédent

Article suivant >

Grain à moudre est une publication du GBO
Editeur responsable : Dr Lawrence Cuvelier | rue Solleveld, 68 - 1200 Bruxelles

Je ne souhaite plus recevoir la newsletter